Retour
Statut: Fait

Prolongation des unités nucléaires Doel 1 et Doel 2

Le gouvernement fédéral a signé une convention avec Engie concrétisant cette prolongation le 30 novembre 2015, sans pour autant remettre en cause la date de sortie finale du nucléaire en 2025.

 

Le gouvernement fédéral a ainsi voulu assurer la sécurité d’approvisionnement de notre pays qui était menacé par un risque de black-out. Un black-out est très pénible pour les ménages et dangereux pour les plus vulnérables (homes, hôpitaux, etc.), ruineux pour nos entreprises et un obstacle économique de taille pour attirer les investisseurs étrangers et créer des emplois. La prolongation de la durée de vie des unités de Doel 1 et 2 de 10 ans a permis de sécuriser l’approvisionnement en énergie de la Belgique à court et à moyen terme.

 

Le gouvernement fédéral a aussi voulu donner une nouvelle ambition à la politique énergétique du Royaume. La prolongation de 10 ans de Doel 1 et 2 permet à la Belgique d’élaborer une vision énergétique durable à long terme et de mettre en œuvre cette vision. Cette vision a été concrétisée par l’adoption du Pacte Energétique.

 

Cet accord a été longuement mûri et prend place dans une stratégie à long terme de développement de notre politique énergétique. En contrepartie, ENGIE verse une redevance annuelle de 20 millions €. Cette contribution alimente directement le Fonds de Transition énergétique, que ce Gouvernement a créé fin 2014. C’est donc 200 millions sur 10 ans qui sont alloués à ce Fonds.Concrètement cet argent permet de financer la recherche et le développement de projets innovants dans la production et le stockage d’énergie.

Partager avec nous votre vision pour la Belgique et la Wallonie

Dans cette thématique