Retour
Statut: Fait

Renforcement des échanges de données dans les cas de suspicion de fraude

Parallèlement à la mesure de contrôle inopiné au domicile des chômeurs, d’autres systèmes ont été mis en place pour détecter d’éventuelles fraudes de demandeurs d’emploi, en s’appuyant par exemple sur les données de consommation énergétique.

En pratique, il s’agit de définir, sur base de la consommation de gaz, d’eau ou d’électricité de chaque Belge, un profil de consommation normale et, par déduction, un profil de fraudeur type. Chaque personne dont les données de consommation s’éloigneraient de ces normes pourrait ainsi faire l’objet d’un contrôle pour détecter une fraude. Un premier projet pilote a donc été lancé en 2016. Un second projet impliquant 7 partenaires a été lancé fin 2017 et est actuellement en cours de réalisation.

Partager avec nous votre vision pour la Belgique et la Wallonie

Dans cette thématique